Celui qui nourrit les loups

Aprilus met la table

Une job à quatre mains avec Philippe Dujardin. Voici donc un hommage corrosif dédié à Philippe Couillard que les stratèges du PLQ tentent nous faire passer pour un papi affable, un brave nounours bienveillant et rassembleur. Nous souhaitons également un électrochoc à cet électorat que le principal intéressé considère comme à jamais acquis. La prochaine salve de notre duo s’intéressera au marchepied de cette véritable tumeur sociale, à savoir QS.

 

Celui qui nourrit les loups

– Un texte de Philippe Dujardin –

Depuis 4 ans, avec son apathie habituelle, notre premier sinistre Couillard a charcuté le tissus social québécois. Ce marabout du mercantilisme au brutal esprit comptable a coupé en éducation, en santé, mais aussi dans les services communautaires, les programmes sociaux, afin d’imposer son austérité.

Ce charognard miteux a imposé de nouvelles taxes, en a augmenté d’autres, laissé Hydro monter les tarifs d’électricité, coupé des aides de l’état, avec pour résultat d’aggraver la situation des citoyens les plus précarisés.

Ce dépravé de l’extrême-droite économique a pavé la voie aux privatisations, affaiblissant le système public. Il a aussi favorisé la compagnie Uber au détriment des chauffeurs de taxis qui sont, dans la grande région de Montréal, originaires à plus de 90% des communautés culturelles.

Les sous-catégories de la population les plus affectées par ces mesures ont été les personnes âgées et celles en perte d’autonomie, mais surtout celles des quartiers défavorisés de Montréal, lesquelles sont composées principalement de gens issus de l’immigration.

Cela ne l’a pas empêché d’augmenter les quotas d’immigrants économiques, sans pour autant améliorer la reconnaissance des diplômes et qualifications, sans pour autant leur assurer une meilleure intégration au marché de l’emploi. Chaque nouvelle vague va s’entasser dans les mêmes quartiers défavorisés, concentrés à Montréal, et devra se trouver une job dans les pires conditions, accepter l’inacceptable, et cela fragilisera encore plus les travailleurs des vagues précédentes arrivant péniblement à se faire une place au sein de notre société. Ces derniers devront alors entrer en concurrence avec les nouveaux arrivants.

Ce sadique, sous ses airs de nounours, ne laisse d’autre choix à ces nouveaux arrivants que de se retourner vers leur communauté pour chercher de l’aide, du soutien, de l’espoir, un emploi, etc. Et c’est là que les attendent les chefs de bande et autres dealers de malheurs. Ces exploiteurs, vendeurs de sommeils, refilant des job au rabais, n’auront aucun scrupule à profiter de leurs semblables en détresse, de les presser jusqu’à la dernière goutte. C’est dans ce terroir que se cachent les prédicateurs et les enrôleurs de l’extrême-droite religieuse, toujours à l’affût d’un miséreux pour lui porter secours, en échange de quelques bigoteries identitaires. C’est la naissance des ghettos communautaires qui participeront à alimenter les préjugés, les peurs et ressentiments des Québécois.

Couillard, et ses amis du patronat et des chambres de commerce, s’en foutent. Ils aiment ces immigrants dociles et facilement exploitables, ne connaissant ni les lois, ni les règles, ni les prix, ni la culture du pays et ne se syndicalisant pas ou peu. C’est tellement plus simple pour faire fructifier le dollars sur le dos des malheureux courbant le dos en silence, résignés, soumis aux discours de peur : « Attention aux Québécois, ils sont racistes, ils ne veulent pas vous embaucher, c’est pour cela que vous avez de la misère et que la vie est dure, c’est systémique, ils ne vous aiment pas, ne vous acceptent pas, méfiez-vous. »

Cette ordure a polarisé le Québec en deux factions sur des sujets émotifs en accusant le Parti Québécois d’être responsable de l’augmentation de l’intolérance et la CAQ de souffler sur les braises de l’intolérance.

Depuis 4 ans avec des sorties incendiaires, dangereuses, irresponsables, il aggrave les clivages, creuse le fossé entre les communautés du Québec, consolide le repli des uns envers les autres. Qu’importe, du moment que les Québécois ne s’unissent jamais contre son parti, ni contre la fédération canadienne. Ce boucher divise, dissèque, démembre la société québécoise, à la manière d’un pervers.

Calculateur, il a refusé de légiférer sur le consensus autour des recommandations de Bouchard Taylor, malgré les concessions du PQ et de la CAQ, et l’appui de QS. Au contraire, prétendant que la neutralité de l’état n’était pas un enjeu au Québec, il a laissé se dégrader une situation, qui deviendra encore plus émotive et explosive. Or, comme l’avançait Gérard Bouchard, un chef d’état prévoyant légifère avant d’avoir un problème sur les bras. Nenni, notre Couillon n’a pas plus utilisé les instruments de l’état québécois pour lutter contre la discrimination. Il nous a plutôt pondu un plan foireux intitulé projet de loi 62 sur la neutralité religieuse de l’État, lequel n’a fait que rendre la situation encore plus confuse et inextricable, tout en remisant dans le néant les principes de laïcité.

Tout ce que cet autoproclamé bon père de famille (famille se référant ici au peuple québécois) a su faire, c’est politiser et instrumentaliser la tuerie de Québec, faisant fi de son devoir de réserve en la déclarant acte terroriste avant toute enquête. L’ignominie a atteint son paroxysme lorsque papa ours a tenu le parti québécois pour responsable en évoquant des événements malheureux (comprendre a charte des valeurs) ayant mené à une augmentation de la haine. «Des chiffons identitaires» qu’aurait agité le PQ». Lorsqu’un rabbin a comparé la charte des valeurs à la Shoah, affirmant préférer la mort que d’enlever sa kippa, Couillard et Jean-Marc Fournier s’étaient levés et avaient applaudi frénétiquement.

Ce dépravé va jusqu’à « choisir son camp » quand il apprend que des groupes violents antifas s’en prennent à des citoyens dans les manifestations, au nom de la lutte au racisme dira-t-il.

Tout cela a participé à créer en réaction, un bloc identitaire réactionnaire à ses discours et politiques. Des Québécois se sentant abandonnés par leur propre gouvernement, traités comme une minorité de parasites, d’étrangers devant baisser le front dans leur propre pays, se sont réunis en meutes.

Qui se nourrit de cette putréfaction sociale ?

 Ce coprophage aux discours odieux, jouant sur les peurs et les ressentiments, ne fait qu’aggraver la haine et l’apparition de meutes religieuses, de meutes réactionnaires, se réfugiant auprès de ceux qui leur ressemblent.

Du ventre fécond de la bête surgissent aussi des vers solitaires, qui dans une symbiose mortifère, participent à saper la paix sociale.

Cette pourriture de neurochirurgien, cruel, cynique, calculateur, implacable, jouant avec le système nerveux de notre société, n’arrêtera que lorsqu’il aura mis le Québec à sa botte. Alors tel un Néron, il préféra le voir pris dans les flammes, pendant qu’il continuera de jouer de sa lyre en entonnant encore son chant austère à la gloire du Canada et du spectacle de la marchandise.

 

 

T’as envie de suivre les publications d’Aprilus?

facebook_logo_aprilus

★ Suivez le lien pour faire un DON à un artiste libre.

0 Partages