Troller les trolls (mais pas tous)

Ça devait paraître dans un nouveau journal qui vraisemblablement se présente par le siège. Mais tout ça n’a guère d’importance, ce sont mes p’tites affaires. Le propos, à savoir les stepettes d’une gauche paumée, demeure d’actualité. Le voici donc :

Pendant et après la campagne électorale, le cinéaste Hugo Latulippe a ouvertement et sans réserve appuyé Québec Solidaire, ce qui évidemment, est légitime. Dans le tourbillon de la campagne, son plus récent documentaire «Troller les trolls» a été diffusé sur Télé-Québec. Dans la foulée, le documentariste et sa comparse Pénélope McQuade ont également été invités à TLMEP. Voici un texte à ce sujet. Je l’ai bricolé à partir de commentaires que j’ai envoyé au principal intéressé, au demeurant, mon ami.

Cher Hugo, j’ai vu ton dernier documentaire. Tu as su faire du joli avec peu de moyens. Grosso modo, je reste plutôt fan. Étant du même coin de pays que toi, je suis tes œuvres depuis l’aube de ta carrière. Mon fils est né alors que nous regardions Bacon, ton pamphlet. Et je t’ai déjà dit à quel point j’ai été remué par Alphée des étoiles. Voici mes remarques, non pas sur l’image, mais sur les idées que trimballe «Troller les trolls».

L’aspect les plus intéressants de votre film est ce regard porté sur les mœurs des internautes, notamment leur façon de réagir à un propos selon qu’il émane d’un porteur de couilles ou d’ovaires. Un constat qui fait froid dans le dos. Le fond de l’air est malsain et ça prend un électrochoc collectif, on est d’accord là-dessus.

Par ailleurs, y me semble que vous auriez gagné en crédibilité en vous penchant également sur les «furieux d’en face», les racialistes, les attifas, les censeurs bien pensants, bref, l’autre meute. Bien au fait de ta partisanerie décomplexée et sachant que QS est frette lorsque vient le temps de condamner les excès d’une partie de sa clientèle, je trouve votre choix TRÈS gênant. D’autant plus que j’ai ressenti le même malaise avec ton expo, 25X la Révolte.

GND apporte des éléments pertinents en évoquant l’éducation. Il s’agit d’une piste à explorer : l’enseignement de la communication non-violente, de l’auto-défense intellectuelle et du civisme (tiens, ça me fait penser à ce cours au contenu discutable qu’on gagnerait à éjecter (ECR)). Toutefois, j’ai trouvé agaçant d’entendre ton pote souligner que les sujets les plus explosifs sont l’identité et la religion. Ça ne fait p’têt pas les gros titres de Radio-Cadenas, mais on est nombreux à trouver que QS, à l’instar du PLQ, joue au pyromane sur ces thèmes.

Bien que je sois affligé qu’un flot de menaces se soit abattu sur Dalila Awada, le fait que vous ayez ignoré les sorties les plus incendiaires de cette militante QSiste m’a laissé pantois. Avec Richard Martineau on a eu droit à un peu de recul quant à son «obsession» de l’islam, laquelle serait motivée par une soif de buzz médiatique – comme le laissait entendre Eric Lagacé. Pourquoi pas le même recul avec Awada? D’ailleurs à TLMEP, Pénélope McQuade affirmait que Dalila Awada «était là pour nous faire réfléchir». Personnellement, je trouve qu’on fait mieux qu’Awada pour gamberger. Traiter le PQ de parti raciste et néocapitaliste ça fait court, ça coupe court et c’est injurieux. Avec ça, on a aussi eu droit à Haroun Bouazzi, un autre Qsiste controversé (enfin, visiblement pas pour vous). Je ne vais pas m’étaler sur celui là, mais on peut pas dire que tu ratisses large pour trouver des victimes. Marci tout de même de nous avoir épargné Camus, Singh et Charkaoui, car là vous vous seriez vraiment vautré dans le fumier.

Un recul sociologique plus large aurait été intéressant quant à ce qui pousse les gens à s’improviser chroniqueurs (pas sûr que le terme convienne), mais voilà, les moyens étant limités, c’est déjà très bien. Cette dame qui se déchaîne devant sa caméra, c’est une vision assez troublante qui invite au recul.

Par contre, je suis perplexe quant à votre choix de confronter cet homme (l’internaute déchaîné) à l’un de ses propos : «l’islam n’est pas une race, c’est une menace». Vous aviez l’embarras du choix, mais c’est ce que vous avez choisi de nous présenter comme le summum de l’abomination. À mon avis, c’est assez révélateur d’un penchant QSiste pour les raccourcis multiculturalistes vaseux. Mon cher Hugo, l’islam EST une idéologie religieuse (et les musulmans ne correspondent pas tous aux stéréotypes que tes camarades s’évertuent à renforcer). Ça fait p’têt cave dit comme ça, mais tes chums qui s’pètent les bretelles avec leur motion contre l’islamophobie, ils n’ont pas capté cette évidence. Pour ce qui est de savoir si cette religion (ou une autre) constitue ou pas une menace au Québec, on reste dans le domaine des idées. Ça peut se discuter, mais ça ne relève pas de l’infamie.

Vous auriez aussi pu relever le fait que les citoyens, hormis aux rendez-vous électoraux (massivement boudés), disposent de peu d’espaces pour faire valoir leurs inquiétudes, discuter (sans les claviers), s’impliquer et influer sur leur collectivité. Faut dire que le parti que tu présentes comme celui du peuple s’est mainte fois illustré pour son mépris de craintes légitimes exprimées par la plèbe, les citoyens ordinaires, qualifiés de bouseux racistes et intolérants…

«Troller les trolls» transpire tellement l’obsession d’une poignée de bobos benêts (et d’une pincée de sagouins sanguins) qu’au final, il scrape une belle occasion. Votre lecture de ce sujet d’intérêt public majeur s’égare dans les méandres d’un autre enjeu, celui de la laïcité auquel manifestement, vous ne comprenez rien. Sauf votre respect, dans ce registre, on reste dans la même lignée que certaines des merdes chiées par Enquêtes. À astiquer la bille avec tant d’insistance, vous n’émoustillez que les sadomasochistes. Ouvrez les yeux, tendez l’oreille : la cerise est à vif. Ça file graveleux dans le vestibule pis l’minou sature d’être ramoné! Comme pour le thé, «NON ça veut dire NON»! Passez à aut’chose cimonak! J’sais pas moi, le trollisme at large ou… l’environnement tiens!

Alex, ton pote rural, de l’aut’ gauche, le caricaturiste satirique, indépendantisse, censuré, au final plutôt anonyme, et pas prêt d’aller à TLMEP.

http://www.telequebec.tv/documentaire/troller-les-trolls/