Guerres juridiques

Je reconnais être perméable à certains aspects de l’humour de Mike Ward. Sous prétexte de moquer la bonne pensée socialement acceptable, je donne parfois dans le même registre. Histoire qu’on se décrispe. Mais pour l’essentiel, contrairement à Ward, j’insuffle une dimension politique et sociale à mes crayonnages. Derrière mes grossièretés, il y a matière à s’activer les neurones, du moins, je l’espère. Au Journal Le Québécois et sur ce Blog, je ne suis pas domestiqué (ni payé d’ailleurs). Or aujourd’hui, penser, questionner, réfléchir, s’indigner, sortir des sentiers auxquels on a toujours droit expose à des poursuites baillons, si ce n’est des menaces de mort. Il y a donc un truc qui chie grave. Soutenir Djemila est une bonne occasion de dénoncer haut et fort ce vilain glissement.

Affiche D Pour l’histoire : Le 26 septembre 2016, s’ouvre, à Montréal, le procès de Djemila Benhabib, poursuivie par un établissement scolaire privé, subventionné à hauteur de 425 000 $ par le ministère de l’éducation, portant le nom d’Écoles musulmanes de Montréal (EMMS) pour des déclarations soi-disant « diffamatoires » et « anti-islamiques » (comme l’atteste la poursuite) faites sur les ondes du 98.5 Fm à l’émission de Benoît Dutrizac. Cette interview, datant du 8 février 2012, faisait suite à une chronique de Djemila Benhabib publiée sur son blogue du Journal de Montréal. Elle y dénonçait la soumission des élèves à des versets coraniques haineux, violents et sexistes contenus dans le programme et publiés sur le site Internet de l’école (disparus depuis la poursuite) ainsi que le port obligatoire du voile islamique par les élèves.

Ne nous trompons pas sur les véritables motivations des auteurs de ces attaques d’un type nouveau. D’abord, il s’agit de faire régner la peur pour empêcher toute expression critique envers l’islam ou contre la façon dévoyée dont certains veulent l’imposer à d’autres. Ensuite, il s’agit de mettre une pression démesurée sur les personnes visées, pour les épuiser psychologiquement et financièrement, les ostraciser et les éliminer du débat public. Bref, les décourager de continuer à s’exprimer publiquement. (…) Il ne saurait être question de renoncer à la liberté d’expression, pas plus qu’à l’universalité des droits humains et à ceux des femmes en particulier, qui ne doivent souffrir aucune contestation ni restriction au nom de préceptes religieux ou de prétextes culturels. – http://djemilabenhabib.com/

crayonpinceau

On se lâche? Les écoles confessionnelles enseignent bel et bien des âneries. Il n’y a pas si longtemps, les écoles publiques du Québec déversaient sur nos lardons un catéchisme tout aussi imbuvable. J’y ai moi même goûté. Aujourd’hui, c’est le cours d’ECR qui prend le relai en refourguant une bouillie multiculturaliste. Normand Baillargeon et Daniel Baril viennent d’ailleurs de co-diriger un ouvrage sur ce thème qui paraîtra sous peu (La face cachée du cours Éthique et culture religieuse, Leméac).  Au sein des écoles confessionnelles, on sombre dans les abysses d’un délire collectif estampillé par le sceau de religion officielle. Est-il encore possible de le dire, l’écrire, le dessiner, le chanter, le danser? 

Voici quelques-uns des dessins qui auraient dû figurer dans le dernier livre de Djemila s’il avait été publié au Québec. Un sujet qui fait peur.

ecole religieuse aprilus

etui pénien aprilus

crosseacademy aprilus

Vacances halal aprilus haine du corps aprilus

doublediscours aprilus

coupables Coul Dj

Suivez le lien pour faire un don à l’artiste!




 

L’art de faire mousser les futilités

L’art de montrer les insignifiances

Le contexte économique incertain et les menaces de coupures de postes ont un impact négatif sur les journalistes et les caricaturistes qui peuvent être tentés de s’autocensurer et de favoriser les nouvelles à sensation pour survivre. La liberté d’expression est-elle possible dans un contexte économique difficile?
Bien glamour le petit couple, non? Pour le bonhomme, je me suis à la fois inspiré de Beau-cul-belle-gueule Trudeau et de Jean Sarkozy, le fils à son père. Bref, deux fils arrivistes. Pour un illustrateur dit «éditorial», tâter de la frilosité qu’engendre la fragilité économique est chose courante. Pour sauver notre cul on devient comme les autres, des chiens de garde, ou alors on brette sur un blog anonyme. L’info aseptisée permet au troupeau «dérouté» de rester tranquille. L’oligarchie, qui n’aime pas l’odeur de la poudre, en est bien consciente.

Ce que j’aimerais nous offrir…
– La suite du Maraîcher Masqué – dont les premières aventures constituent la page la plus populaire du site, si l’on se fit à Fèces-book;
– Harper, un visiteur venu de l’espace (j’en causais dans l’entrevue avec Lez Arts);
– Le nouveau pape et autres catholiqueries;
– Le bureau Canadiens des religions;
– La suite des ébats de la Reine et du Bonhomme Carnaval;
– «Du haut du mur» de Louis XVI aux oligarques du XXIème…
  L’«anartiste» et la machine;
–  Lisée knock out par la droite;
– Le flushage d’Idle no More;
– La peine de mort
 
Tout ça, pour pas un rond, tant que je peux, et éviter de sombrer dans une folie pire que celle qui m’habite déjà.