Stifine, le conte intégral (4 planches)

StifDeux planches actualisées et deux nouvelles pour célébrer la connerie d’Harper et de ses sbires.

Et ça devrait paraître (avec deux autres planches faites de dessins recyclés) en BD au sein d’un ouvrage d’œuvres collectives concocté par Coup d’Griffe (une association d’artistes autogérés basée dans le sud de Montréal). Également dans le Journal Le Québécois (journal indépendantiste fondé en 2001 par les journalistes Patrick Bourgeois et Pierre-Luc Bégin.). Tout ça sur le thème des hydrocarbures et de leurs groupies. Amusez-vous et cliquez sur les dessins pour agrandir… Ciao!

stifine page 1 aprilus

stifine page 2aprilusstifine page 3 aprilusstifine page 4 aprilusfacebook_logo_aprilus

Coule pas chez nous!

«L’avenir n’est pas dans les pipelines!»

COULE PAS CHEZ NOUS! est une campagne de sensibilisation citoyenne qui diffuse de l’information afin de mieux comprendre l’enjeu pétrolier et pourquoi nous devons dire NON au transport de pétrole sur notre territoire. Visitez le site : http://www.coulepascheznous.com/

Coule pas chez nous

Lutter contre les cons, les boulimiques, les prédateurs compulsifs et leurs valets c’est une chose. Mais le faire tout en se voyant infliger la servitude volontaire des miens dans le carcan colonial cana’ien, c’est ce qu’on appelle s’en rajouter une bonne couche. J’vais sûrement pas faire des pets secs à entendre Mario Beaulieu scander «nous vaincrons». Crisse que non! Au contraire, les vierges offensées m’inspireront de bons dessins.

Autrement, toujours dans le monde aquatique, mais dans un autre registre, celui de la lutte aux préjugés à l’endroit de la pauvreté, voici une petite BD soumise dans le cadre d’un concours. Serai tranquille sur le blog cet été, trop de trucs en chantiers. On lâche rien!

moruefacebook_logo_aprilus

Les aventures de Stifine (2)

La première partie, c’est ici!

Et pis de joyeuses fêtes à tous. C’est «pause Aprilus» pour moi. Pour un boutte.

Merci à tous ceux qui m’appuient, me filent des idées et des tuyaux.

Ma parole d’évangile pour 2014 : Vaut mieux en rire que de s’en crisser.

narcissikBlogAprilus

Peut pas m’empêcher de vous servir une tête de Curzi car Mourani me fait trop chier…

1526799_427787060682164_1217527968_n

Le retour du multiculturalisme

Nier un problème n’aide pas à le résoudre

Tu peux vouer un culte à Franfreluche. Si ton rite de prédilection c’est de bouffer du sable, tu peux ben t’en faire péter la panse. Pas de problème avec ça. Seulement voilà, tu voudrais bien qu’on accommode ton délire sous prétexte qu’il est religieux. Pour toi, culture et religion c’est kifkif. Et comme t’es en terre cana’ienne, pays dont la constitution fait allusion à Dieu, pays des droits et de la liberté de culte à la mode anglo-saxonne, tu te pètes les bretelles. Ici, il n’y a que les extravagances religieuses qui soient accommodées, surtout lorsqu’elle flirtent avec les plus grosses sectes. Pas question d’aller au charbon à la fonction publique fringué en astronaute! Par contre si tu veux avoir l’air d’une ruche – lire niqab, le voile intégral – pas de soucis! Mais voilà, des indépendantisses ethniques (ouf!) bousculent ton univers. Veulent cesser de répondre aux gens en terme de spécificités. Veulent pas encourager les communautarismes.

Bon, j’suis pas dupe, j’le vois l’électoralisme Péquisse qui dégouline. En effet, le loser cloué sur son bâton doré, lui, il peut rester à l’Assemblée Nationale. Mais les autres politiciens, le gros Couillard et compagnie, c’est pas du calcul électoraliste qu’ils font eux? C’est juste que je ne peux m’empêcher de voir dans cette charte mal nommée un pas dans la bonne direction; et que je suis plutôt fier qu’on soit le seul peuple d’Amérique à avoir ce débat.

Mais misère! Le piège du modèle Ricain et Britannique : tout le monde est beau, tout le monde est gentil, tout le monde croit ce qu’il veut, n’importe où, n’importe comment. On voit le résultat! Les intrusions religieuses se multiplient, les communautés s’isolent et se braquent dans leur coin. Vivre ensemble, que nenni! Viennent alors, moralisateurs et paternalistes, nos fédéralisses. Peuvent ben manger de la marde à v’nir nous rappeler qu’on reste une colonie, un peuple inféodé. Qu’est-ce qu’ils viennent nous foutre ici? Ouste!

Entre-nous maintenant.

Et je dirais même plus, entre gauchisses. Je m’adresse en particulier aux disciples de Mère Théresa David, le phénomène Montréalais comme y disent dans les torchons. Vous nous dites qu’on dilapide le droit à l’inclusion. Idiots utiles, vous faites ainsi la part belle à l’extrême droite qui attise l’islamophobie en pointant les arabes. Contents aussi les gourous religieux, trop heureux de cet appui qui trahit une lutte ancestrale de la gauche. Mais ces madames sur lesquelles vous attirez inévitablement l’attention, recluses derrière du tissu, libre à elles de patauger dans le machisme de leur grande secte masochiste! Chacun ses délires, musulmane, cathos, ou franfreluchéenes… Seulement, je réclame une ligne rouge, une zone neutre : c’est l’État et les mioches – écoles et garderies. Et du coup, un signal envoyé aux petites, celles qui n’ont pas choisi d’être éttiquetées d’un label religieux. Celles qui sont nées, par hasard, au sein d’une tradition et qui souvent trouvent que sa pèse en sacrement. On ne sourcille plus qu’un gamin soit qualifié de catholique ou de témoin de Jéhovah, alors qu’on serait offusqué que ce même lardon soit désigné comme étant marxiste! Les enfants naissent « neutres » et plus tard, il est bon de leur rappeler qu’il existe aussi un monde sans religion. D’autre part, Bouchard et Taylor, leur proposeront aussi un abject buffet de religions exempt de perspectives historiques dans le cadre du cours d’éthique et cultures religieuses… Mais ça c’est une autre histoire.

La laïcité dans un Québec pluraliste, c’est aussi une fenêtre pour toutes ces héroïnes, Saoudiennes, Iraniennes, Soudanaises, qui résistent sous la charia ou autres carnavals testostéronaux et autoritaires. Quoi qu’en disent les féminisses de la FFQ, dès qu’on flirte avec les grandes sectes monothéistes, quelle qu’elle soit, on se retrouve forcément à aménager le recul du droit des femmes.

La laïcité, quand elle est poreuse, c’est aussi la porte ouverte au créationisme, à l’obscurantisme et à l’homophobie. Mais ça, on en parle trop peu. Pourtant, les States, c’est juste en dessous… Pourtant, le Nunavik, c’est juste au-dessus. Et entre les deux, les pasteurs exaltés de la Bible Belt, le vent dans les voiles, se ruent, avides, sur cette terre de brebis égarées. Ils s’incrustent à Ottawa où il pèsent déjà lourd. Mais ça, j’en ai déjà parlé sur ce blog…

Bref, nier un problème n’aide pas à le résoudre. Des balises calice! À gauche, sortez de votre angélisme! Appelez vos députés!

Et rappelez vous que le vent, ça tourne vite en crisse. ‘gardez ça : Nasser parlant de son entretien avec les frères musulmans sur la question du voile

« Il y a une monopolisation de la parole, de la part d’une petite élite multiculturaliste qui s’arroge le droit de confisquer la parole publique et de monopoliser le débat. Et c’est regrettable parce que ça se fait avec la complicité des médias, et notamment le service public. » — Djemila Benhabib

Aussi sur Aprilus:

Le facteur Armageddon – la montée de la droite religieuse au Canada

Blasphèmes

Comment Kativik détourna un débat sur l’intrusion du lobby évangélique

 

Déclaration des Intellectuels pour la laïcité – Pour un Québec laïque et pluraliste – 16 mars 2010 | Collectif d’auteurs | Le Devoir

Le débat de société suscité par la pratique des accommodements religieux dans la sphère publique pose la question de la laïcisation de l’État québécois. La réponse à cette question réside dans une claire compréhension de la véritable nature de la laïcité dans une société pluraliste.

 

La laïcité est une condition du pluralisme

Pour qu’une société soit authentiquement pluraliste, c’est-à-dire respectueuse de toutes les convictions en matière de religion, il est nécessaire que l’État et ses institutions s’obligent à une totale neutralité à l’égard de ces convictions. Cette neutralité signifie que l’État reconnaît et respecte la liberté de tous les citoyens d’adopter et de propager leurs convictions dans la mesure où cet exercice s’accomplit à l’intérieur des limites des lois de l’État.

La laïcité permet de gérer le pluralisme social sans que la majorité, qui en fait aussi partie, renonce à ses choix légitimes et sans brimer la liberté de religion de quiconque. Loin d’être une négation du pluralisme, la laïcité en est l’essentielle condition. Elle est la seule voie d’un traitement égal et juste de toutes les convictions parce qu’elle n’en favorise ni n’en «accommode» aucune, pas plus l’athéisme que la foi religieuse. Le pluralisme ainsi entendu n’est ni celui des minorités ni celui de la majorité. Elle est aussi une condition essentielle à l’égalité entre hommes et femmes.

La laïcité dite «ouverte», par contre, s’avère être en pratique une négation de la laïcité de l’État puisqu’elle permet toute forme d’accommodement des institutions publiques avec une religion ou une autre. Elle ne respecte donc pas les principes structurants de la laïcité qui sont la séparation du religieux et de l’État et la neutralité de ce dernier. Les aménagements de cette laïcité «ouverte» convergent avec les objectifs des groupes religieux conservateurs qui cherchent à faire prévaloir leurs principes sur les lois en vigueur. Au mieux, c’est un mode de gestion au cas par cas de la liberté de religion dans la sphère publique, favorisant l’arbitraire, mais ce n’est certainement pas une théorie de la laïcité de l’État.

Pour être neutre, l’État doit se déclarer neutre. Bien que les tribunaux aient statué qu’il n’y avait pas de religion d’État au Québec et au Canada, nos législations souffrent d’un déficit en cette matière puisque la laïcité de l’État n’est nulle part affirmée. Le principe de la séparation des religions et de l’État a été érigé à la pièce par les tribunaux, et rien n’empêcherait que ce principe soit un jour déconstruit à la faveur de revendications contraires ou de nouvelles interprétations juridiques. La protection législative de la laïcité est donc essentielle.

 

La laïcité fait partie de l’histoire du Québec

Au Québec, la défense des idéaux laïques ne date pas d’aujourd’hui. En témoigne l’oeuvre de Fleury Mesplet pour la diffusion des Lumières au Canada à la fin du XVIIIe siècle. L’idée de la séparation de l’État et des Églises figurait également dans la Déclaration d’indépendance de 1838 proclamée par les Patriotes. Le principe a par la suite été défendu par l’Institut canadien avec les Papineau, Dessaulles, Doutre et Buies. Plus tard, le premier ministre Adélard Godbout, soutenu par son ministre Télesphore-Damien Bouchard, tiendra tête à l’Église catholique en accordant le droit de vote aux femmes et en adoptant une loi sur l’instruction obligatoire.

L’affranchissement du joug religieux se retrouve ensuite au coeur du manifeste Refus global qui préfigure la Révolution tranquille. Dans les années 60, c’est le Mouvement laïque de langue française qui portera la cause en réclamant l’école publique laïque. En 1975, le Québec adopte la Charte des droits et libertés qui reconnaît la liberté de conscience et l’égalité des religions, deux notions essentiellement laïques. Et récemment, la déconfessionnalisation des structures scolaires a été complétée.

Si l’idée d’un État laïque est antérieure aux Patriotes, on ne peut donc pas dire que la laïcité est une réaction défensive face aux minorités issues de l’immigration récente. La déconfessionnalisation des institutions publiques s’est faite au nom de la liberté de conscience et du pluralisme. C’est aussi sur ces principes que reposent les actions visant à mettre un terme aux prières dans les assemblées municipales ou encore les demandes de retrait des crucifix des tribunaux, des salles municipales et de l’Assemblée nationale. En aucun cas les droits des minorités ne sont-ils menacés par cette laïcisation; bien au contraire, un grand nombre d’immigrants qui ont fui des régimes autoritaires et théocratiques sont d’ardents défenseurs de la laïcité.

La laïcité fait donc partie du paysage historique québécois et ses acquis récents caractérisent le Québec moderne.

 

La neutralité de l’État comporte des exigences

La neutralité de l’État s’exprime par la neutralité de l’image donnée par ses représentants. Ces derniers doivent donc éviter d’afficher leur appartenance religieuse, philosophique ou politique.

L’idée selon laquelle la laïcité s’impose aux institutions et non aux individus qui y oeuvrent est un faux-fuyant conduisant à nier le principe de laïcité. Cette idée n’est d’ailleurs pas respectée dans les aménagements de la laïcité «ouverte». Le rapport Bouchard-Taylor, par exemple, propose d’interdire le port de signes religieux aux juges, aux procureurs de la Couronne, aux policiers, aux gardiens de prison et au président de l’Assemblée nationale parce que leurs postes «incarnent au plus haut point la nécessaire neutralité de l’État». L’État, c’est donc aussi ses agents. Mais en limitant l’interdiction à ces seules fonctions, on établit un double régime au sein même de la fonction publique.

Si les représentants du système judiciaire doivent s’imposer un devoir de réserve quant à l’expression de leurs convictions religieuses aussi bien que politiques, cela doit logiquement s’appliquer à tous les représentants de l’État, a fortiori aux éducateurs qui passent des années avec des enfants de toutes les convictions. L’école publique n’est plus neutre si le corps enseignant ou les membres de la direction affichent ouvertement leur adhésion à une religion ou leur athéisme. Le programme d’Éthique et culture religieuse oblige d’ailleurs les enseignantes et les enseignants à une position de neutralité religieuse; si cette neutralité leur impose de faire abstraction de leurs croyances, cette exigence les oblige logiquement à s’interdire le port de signes religieux.

Le signe religieux étant un langage non verbal qui exprime la foi, les croyances, l’appartenance religieuse et le code de valeurs de la personne qui le porte, il est normal que l’employé de l’État s’abstienne d’un tel discours puisque l’usager des services publics n’a pas à y être soumis lorsqu’il fréquente des institutions par définition neutres. Sans que le signe religieux remette en cause le professionnalisme de l’employé, l’affirmation de ses croyances s’avère incompatible avec la nature de sa fonction. Accepter ces signes risquerait par ailleurs de conduire à une surenchère d’expression de convictions qui n’est certes pas souhaitable dans la sphère publique. Et l’on ne peut faire abstraction du fait que certains des signes les plus ostentatoires représentent pour plusieurs un rejet de l’égalité des sexes qui est une valeur démocratique fondamentale.

D’autre part, l’interdiction de manifester sa foi par des signes religieux durant les heures de travail n’entraîne pas, pour le croyant, la négation de sa foi. Il est fort possible que cet aménagement, qui correspond aux exigences de neutralité du poste convoité, soit tout à fait acceptable par les personnes désireuses de travailler pour l’État. Dans les années 60, les religieux et les religieuses qui oeuvraient dans les établissements de santé et d’enseignement ont accepté d’abandonner leur tenue religieuse pour continuer de travailler dans des institutions qui passaient aux mains de l’État. Cela s’est fait sans que personne ait eu à renier ses croyances ni à renoncer à sa liberté de conscience ou à l’exercice de son culte.

Plusieurs jugements de la Cour européenne des droits de l’homme ont reconnu que la liberté de religion telle qu’elle est définie dans la Déclaration universelle des droits de l’homme n’allait pas jusqu’à obliger un État à accepter le port de signes religieux de la part de ses employés. Une autre culture juridique, fondée sur les mêmes droits fondamentaux que les nôtres, est donc possible. Mais pour cela, la laïcité de l’État doit être clairement affirmée dans un texte de loi, notamment dans la Charte des droits et libertés pour lui assurer une portée quasi constitutionnelle.

****

Daniel Baril, Marie-France Bazzo, Jacques Beauchemin, Paul Bégin, Henri Brun, Christian Dufour, Jacques Godbout, Jean-Claude Hébert, Yvan Lamonde, Bernard Landry, Julie Latour, Christiane Pelchat, Guy Rocher

* Illustration: Christian Tiffet

Une centaine d’autres personnes ont également signé cette déclaration dont la liste complète est publiée sur le http://www.laicitequebec.org/

 

Et pour rigoler…

Czech « Pastafarian » wins right to wear kitchen utensil as official religious head gear

By Kirsty Rigg | Prague Daily Monitor |
5 August 2013

Lukáš Nový says the plastic kitchenware is a crucial part of his « Pastafarian » faith. (Nový’s archive)

A man who claims his religion requires him to wear a sieve on his head has been granted permission to use a photo of himself wearing it – on his official ID card.

Lukas Novy, a follower of the Church of the Flying Spaghetti Monster, says the plastic kitchenware is a crucial part of his “Pastafarian” faith, and he must wear it at all times to respect his deity; a monster made of spaghetti and meatballs.

Czech officials ruled that rejecting his request would be a breach of the country’s religious equality laws, and have subsequently turned the other cheek as the 28 year old, from Brno, updated his ID card with the controversial image.

The Church of the Spaghetti Monster first emerged in the USA in 2005 as a mockery of organised religion. Now the thousands of online followers insist that “Pastafarianism” is a genuine religion, and refer to their almighty as “His Noodliness”.

Followers claim that that universe was created by the ball of noodles after “drinking heavily”.

In a statement from Brno City Hall, spokesman Pavel Zara explained: “The application complies with the laws of the Czech Republic where headgear for religious or medical reasons is permitted if it does not hide the face.”

Fellow “Pastafarian”, known as Soorej Jones Pothoor, said he feels discriminated against because of his unrecognised religion: “They (people of other beliefs) tell that the Lord Jesus is the one who’ll save you, not a ball of Spaghetti you moron.” And I say, “How dare you call my lord a ball of spaghetti, what proof do you have that Jesus will save you, a book? We don’t even need a proof, it’s all around us.”.

The Czech Republic is the second country to accept the cooking utensil as official religious head gear, following Austria when businessman Niko Alm won the right to wear a similar sieve on his driving licence photo. Many countries still refuse to accept the pasta strainer as such, and other people in counties such as Poland have failed.

Les aventures de Stifine (1)

Et y’a une suite à ça… Découvrez bientôt, comment Stifine s’est infiltré chez les terriens, quels sont ses alliés, etc.

Encore un peu d’Hara Kiri? Restons sul’ thème des extra-terrestres!

Hara Kiri num 180

Que ce geste de bienvenue vous prouve que Terre est amour.

Hara Kiri num 255

J’ose même pas imaginer le roman photo…

Tropisme mortifère

Ce dessin m’a été inspiré par la lecture, entendue à l’émission Terre à terre sur France Culture, de la préface d’un livre intitulé, l’héritage de l’école de Beaujeu (détails en bas de page). Les mots étaient ceux de Monsieur Pierre Rabhi. Voici l’extrait :

«Les déconvenues d’aujourd’hui sont à la mesure de la vanité et de la prétention de la raison humaine de pouvoir assurer à elle seule le destin collectif au mépris des facteurs naturels qui l’ont déterminé et le détermineront toujours. Cette prétention démiurgique s’est affirmée durant les deux derniers siècles par l’exaltation et la domination du principe minéral, suite à l’exhumation massive de matières souterraines que l’on peut considérer comme mortes, en référence aux critères de la vie élémentaires. Ce principe serait dont en marge, pour ne pas dire opposé, au processus sensible animé par une sorte d’intelligence immanente, qui dès l’origine leur a donné cohésion, cohérence, vitalité et pérennité. Nous oublions assez facilement que c’est dans l’ordre du vivant que s’inscrit irrévocablement notre propre vitalité et notre propre pérennité biologique. »

C’est cette soif pour la matière morte, incarnée par les combustibles fossiles, au dépend du vivant que j’ai voulu représenter; dans le contexte Canada-Québec, à la lumière de la déception qu’a générée le Parti Québécois depuis son élection.

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Les deux émissions originales de Terre à terre, ICI! Pendant un mois seulement.

L’école de Beaujeu en quelques mots  :

L’école de Beaujeu, dont l’enseignement fut dispensé de 1983 à 1998 dans une ferme en plein cœur du Beaujolais par des agroécologistes, biodynamistes, permaculteurs, vétérinaires homéopathes, phytothérapeutes, microbiologistes des sols …, se voulait globale. On y apprenait une philosophie générale de la vie. Elle a été créée par Suzanne et Victor Michon, tous deux anciens Résistants, et a profondément marqué tous ceux qui ont eu la chance d’y suivre une formation. On y traitait de culture générale, de la santé et de l’alimentation, du rapport de l’homme avec l’animal, du rôle fondamental des bactéries pour les sols, les plantes et leur culture et du rôle essentiel du règne végétal dans les rapports entre Homme et Nature.

Le bouquin – 4ème de couverture :

Cet ouvrage est écrit pour rendre hommage à tous: fondateurs, enseignants, étudiants, animateurs, secrétaires. Ces textes sont publiés pour dire ce que fut cette expérience de vie exceptionnelle. Pour différentes raisons, tous les enseignants n’ont pu laisser un message écrit, mais la quasi-totalité de ceux qui co-signent ce livre ont enseigné à l’École. Les thèmes traités reflètent fidèlement l’équilibre de l’enseignement donné à l’École de Beaujeu: une part de culture générale sur l’Homme, la Société, la Nature; le rapport avec l’animal, le rôle fondamental des bactéries représentent un élément clé de l’enseignement donné; les textes sur les sols, la plante et la culture insistent sur le rôle essentiel du règne végétal dans les rapports Homme-Nature et enfin une large part de l’ouvrage est consacrée aux rapports entre santé et alimentation. Ce livre est aussi un atelier d’outillage, notre base d’enseignement, où chacun pioche matière à alimenter sa propre réflexion, dans sa vie de tous les jours et dans son besoin d’élévation personnelle. Il redonne un sens aux mots récupérés, sinon dévoyés, tels que «Bio», «Bio-dynamie» ou «Agro-biodynamie» par exemple et en particulier.

Réforme de l’assurance-emploi

Spécial dédicace aux gens des Îles de la Madeleine, le pays de mon père. Les Le Bourdais. Et pis tout le monde de l’Est. Dans ma tribu rapprochée, génétiquement parlant, les Leblanc et les April.

Façon Lucky Luke, voici donc Harper, enhardi par sa réforme de l’Assurance emploi et chevauchant son combustible fossile, en route vers les sables bitumineux… Le Canada s’rait pas un peu en train de se séparer du Québec par hasard? C’est Deltell le royaliste qui va être déçu!

Dessin publié dans la revue sociale & politique À Bâbord!

Assistés, le moment est venu de bosser. En route vers l’ouest… Et que crèvent tous vos patelins improductifs!

Photo : La Presse canadienne (photo) Jeff McIntosh
Le Canada fait partie du problème, selon le rapport du groupe écologiste. L’exploitation des sables bitumineux se trouverait en effet au cinquième rang des pires projets en matière d’émissions de carbone, avec 420 millions de tonnes par année en 2020.

 

Aprilus – Illustrateur indépendant

Courriel : info.aprilus@gmail.com

Tel : 418-551-2856

Sphincters royaux

Eh oui, n’en déplaise à Stifine Harpeur, un jour les sphincters de Sa Majesté lâcheront, si ce n’est pas déjà fait!

Beaucoup de choses que j’aimerais dessiner, en cette fin de campagne étazunienne.

Inspiré par la poursuite contre Gabriel Nadeau-Dubois qu’a intenté l’étudiant en art plastique de l’Université Laval, Jean-François Morasse; je me suis demandé ce que ça pouvait bien produire comme œuvres, un artiste de droite. Un vrai «me, myself & I» mais artisse.

Eh ben, c’est encore Là-Bas si j’y suis qui m’a éclairé avec une autre émission modeste et géniale (ici). Avant même que je croque quoi que ce soit dans mes carnets à dessin (j’avais des idées impliquant une courge musquée et des miroirs, mais je vous laisse imaginer)! Il y était question de Jon McNaughton, un vrai artiste de droite, un peintre sauce Tea Party.

Faut le voir pour le croire : http://www.jonmcnaughton.com/ Et c’est du premier degré.

Pour un boutte, je n’aurai plus trop le temps de vous offrir de ces dessins bêtes, méchants et vulgaires mais qui font du bien. J’ai un dessin gentil à produire pour un catalogue regroupant des artistes québécois du livre jeunesse qui sera distribué en Europe. Je suis bien content!

IRON STIFINE – Peuple inféodé et autres misères

Celui-là, c’est pour les amateurs de heavy métal. Retour au printemps de ma puberté et à ses bourgeons de sébum.

Le plusse meilleur pays, vaut mieux en rire (et s’en indigner) que d’en pleurer.

Le Canada à l’ONU – Un discours à l’eau

Josée Boileau   – 3 octobre 2012 – Le Devoir

Le Canada maintient le cap. En critiquant l’ONU, en se repliant sur quelques alliés dont le chef de file est Israël, en privilégiant les manoeuvres de force au détriment des échanges multilatéraux, il continue de s’isoler sur la scène internationale. Il n’y a pas lieu d’applaudir.

John Baird, notre ministre des Affaires étrangères, a fait la leçon lundi à l’ONU. L’organisation est trop centrée sur son nombril, elle doit « maintenant tourner le regard vers l’extérieur » afin, notamment, d’arriver à des changements de régime en Syrie et en Iran.

M. Baird reprenait ainsi la dénonciation faite la semaine dernière à New York (mais pas à l’ONU !) par le premier ministre Stephen Harper, et la même ligne fut par la suite servie aux Communes par le secrétaire parlementaire du ministre Baird : « La politique du Canada ne consiste plus à plaire à tous les dictateurs qui disposent du droit de vote aux Nations unies », a-t-il répondu au NPD.

Cette posture canadienne n’a d’angélique que l’apparence. Elle traduit plutôt l’envie d’en découdre sur la scène du monde, comme le Canada a pu le faire lors de la révolte libyenne en déployant une flotte aérienne qui a occupé notre armée sans risquer la vie des soldats canadiens – le meilleur des mondes après les morts d’Afghanistan.

Dans cet esprit, le gouvernement de M. Harper ne veut surtout pas voir que Libye et Syrie, si on y trouve le même désespoir que cause toute guerre, ne sont pas de la même eau. La Syrie est une puissance militaire, qui s’appuie sur une tradition et de l’équipement. La Libye n’avait ni l’un ni l’autre, et ses tensions étaient internes : plus aucun pays n’appuyait Kadhafi. Alors que derrière la Syrie, c’est l’Iran qui se profile, et face à l’Iran, c’est Israël. On ne mesure pas les conséquences d’un embrasement de la région. D’où la prudence américaine qui contraste avec les gros bras canadiens qui nous tiennent maintenant lieu de politique internationale.

Un exemple de ces gros bras ? L’an dernier, M. Harper n’avait pas voulu répondre à l’invitation du G8, alors présidé par la France, de verser une aide directe aux pays secoués par le printemps arabe afin de contribuer à leur cheminement vers la démocratie. Le gouvernement conservateur estimait en effet déjà faire son effort puisqu’il était militairement engagé en Libye !

Autre exemple, récent celui-là : le refus canadien que la Francophonie demande officiellement à l’ONU d’assurer à l’Afrique un siège permanent au Conseil de sécurité. Même si la France et une trentaine de pays africains sont d’accord, même si longtemps l’Afrique a vu le Canada comme un allié qui lui donnait de l’air face aux anciennes puissances coloniales. Le Canada ne veut rien savoir parce que cela nuirait à ses chances d’accéder lui-même au Conseil. (Comme si les conservateurs n’avaient pas eux-mêmes bousillé notre candidature en 2010 !)

Cette manière simpliste d’envisager les rapports internationaux détonne dans un environnement de plus en plus complexe, où tous les champs d’intervention devraient être occupés, particulièrement par un pays comme le Canada, qui a une tradition de médiateur que les conservateurs sont à sacrifier.

Nul n’a envie de faire la part belle aux dictateurs de ce monde, mais les leçons du Canada porteraient bien davantage si elles s’appuyaient sur une politique qui ratisse large, qui porte un regard global sur les maux des peuples. Ce n’est plus le cas, et nous n’assurons plus que le service minimum dans les forums comme l’ONU où ne se retrouvent pas que des interlocuteurs-amis. Les critiques canadiennes tombent donc à plat. Qui donc, hors Israël, se préoccupe encore de notre voix ?

Garnotte – Le Devoir – 15/10/2012