Presse

Presse
décembre 1st, 2011
|

La ménagerie du Trio d’enfer

1

Photo : Aprilus, Dominique Malacort et Félix Charbonneau à la Forge à Bérubé par Marjolaine Jolicoeur – Journal l’Horizon

Août 2014 | Par : Marjolaine Jolicoeur

Avec  plusieurs grains de folie, le Trio d’enfer raconte des histoires à dormir debout. Les trois sympathiques énergumènes allient conte, dessin et musique, dans une atmosphère débridée où les animaux ressemblent étrangement à des humains.

Dominique Malacort, en excellente comédienne, donne vie à une  multitude de créatures animales.  Dans sa jungle, on peut suivre les péripéties d’un colibri qui éteint  un feu de forêt ou d’une commère à la langue bien pendue placotant contre une alouette, une artiste de Saint-Pistoles. La conteuse maîtrise avec brio les accents et sa drolatique barbotte anglaise, l’Omnisciente Thatcher, propose de curieux conseils.

Pour l’accompagner dans les dédales de son imaginaire, Aprilus, alias Alexandre April, danse devant son tableau à grands coups vifs de craies. Les personnages de la fable animalière prennent forme sous nos yeux grâce à son talent d’illustrateur. Félix Charbonneau, alias Cœur d’artichaut, malmène son violoncelle tout en prenant part au délire ambiant.

Puis il y a les loups qui s’invitent dans l’histoire, dans un monde où règnent les requins de la finance, l’amertume, l’ignorance et le manque de solidarité. Les moutons révoltés descendent alors dans la rue, moutons blancs, noirs, frisés ou de panure, pour qu’enfin notre monde change pour le mieux.
Facilement excusables les quelques maladresses au niveau de la mise en scène, puisque c’était la première représentation de ce trio infernal à l’humour brûlant qui sait aussi nous faire réfléchir.

Des monstres à la Maison des Jeunes

14 nov 2012 | Par : Marjolaine Jolicoeur – Photo : Marjolaine Jolicoeur

Des monstres s’affichent sur un mur de la Maison des Jeunes de Trois-Pistoles. C’est l’œuvre d’Alexandre April, un illustrateur de grand talent et pistolois d’adoption depuis quelques années seulement. « J’enseigne en sciences, en anglais et en art, tout en menant une carrière parallèle d’artiste», dit-il en précisant qu’il est natif de Québec mais que son grand-père est de Saint-Éloi. Avant de venir s’installer dans la région, il a vécu avec sa compagne et leurs deux enfants à l’Ile de la Réunion et enseigné aux Inuits et aux Cris. Il donne d’ailleurs des conférences sur son parcours peu banal.

Une murale de monstres
Alors qu’il réalisait une murale pendant l’EchoFête, un jeune lui a proposé de venir décorer la Maison des Jeunes. Une demande de bourse au Conseil des Arts et de la Culture du Bas Saint-Laurent pour peindre, avec la participation des jeunes, les locaux de la maison n’a malheureusement pas été acceptée. «J’ai tout de même décidé de réaliser bénévolement une partie du projet en dessinant une grande murale avec des monstres. Les jeunes m’ont donné des suggestions, le tout s’est fait en une semaine, sans croquis », explique Alexandre April qui est aussi l’auteur d’un livre pour enfants, d’affiches et de caricatures satiriques.

Inauguration et projection
En collaboration avec la Table jeunesse des Basques et l’ONF, la murale sera inaugurée en servant de cadre pour une projection gratuite du film « Chœur de batteurs », jeudi le 22 novembre à 19h00. Ce film, d’une durée de 85 minutes, raconte le rassemblement exceptionnel de sept batteurs de différents horizons.Pour découvrir les dessins d’Alexandre April :
www.aprilus.com

 

Finaliste pour les Grands prix du journalisme indépendants 2012

Catégorie Illustration éditoriale –

Exploitation dans le Golfe du St-Laurent (12/2011)

Autrement, faut remonter loin. Pas sous la meilleure plume, mais sympa et assez représentatif quand même…

Journal de l’UQAR

Encore plus loin? Deux petits bouquins réalisés au primaire… Je m’étais mérité des macarons! Notez, les éditions: déjà tombé dans le bourin.

Spip l’écrevisse – 4ème année

Rouki l’aventurier – 6ème année

 

Laisser un commentaire